Lappeenranta
Accueil
Qu'est-ce-que la DAF?
Santé
Histoire du Dogue Argentin
Accueillir un chien
La relation maître et chien
Le choix de la race
Le temps à lui consacrer
L'éducation
La garde
L'aboiement sur commande
La garde d'objets
La défense du maître
Trouver le bon compromis
Le bien-être
Garde et défense
Les affections cutanées

Les affections cutanées chez le chien

Certaines maladies de la peau sont essentiellement locales, liées à des irritations par brûlures, morsures, traumatismes, etc. D'autres ont une origine parasitaire.

D'autres sont simplement l'expression d'un état pathologique général : ce sont les dermatoses, que l'on a coutume de réunir sous le nom d'eczéma.

Qu'il s'agisse de l'une de ces affections ou d'une association de dermatoses diverses, les lésions sont ou primitives, ou secondaires (ces dernières déterminées par le grattage). A l'origine, la chute du poil, les rougeurs, les pustules constituent la gamme des troubles élémentaires ; le prurit (ou démangeaison) provoque un grattage plus ou moins violent, et les ongles souillés entraînent les infections secondaires.

Les puces et les poux

Ce sont les parasites les plus connus. Le prurit que détermine leur présence trouble le repos des animaux et les plaies de grattage peuvent faire penser à la gale.

Pour débarrasser un chien de ses parasites, on aura recours aux poudres anti-parasitaires, qui sont le plus souvent à base de pyrèthre, de D. D. T. ou de H. C. H.

Des bains généraux au crésyl donnent également d'excellents résultats. Dans certains cas, la tonte partielle ou complète s'impose.

Les tiques

Les tiques (ricins ou encore poux de bois) ne provoquent pas d'affections cutanées proprement dites. Elles s'implantent sur la peau du chien, généralement au niveau du cou et de la tête; elles sont alors relativement petites (de la grosseur d'une lentille environ), mais bientôt elles se gorgent de sang, triplent de volume et peuvent constituer un réel danger.

Pour débarrasser un chien de ses parasites, il est tout à fait contre-indiqué d'arracher la tique de son insertion cutanée, le rostre (pièce buccale), qui reste implanté dans la peau, déterminant souvent des abcès. Des applications antiparasitaires permettent de tuer les parasites et de les détacher aisément.

La folliculite démodécique. La folliculite démodécique (ou gale folliculaire) atteint surtout les jeunes chiens. Elle est déterminée par Demodex follicularum. Les plaques, ici, ne sont ni régulières ni circulaires, comme dans la teigne, et le malade n'est affecté d'aucun prurit. Les localisations principales débutent sur les lèvres, le pourtour des yeux et les membres antérieurs. Si, à ce stade, l'affection passe inaperçue, elle ne tarde pas à se généraliser par le léchage, et des bains inconsidérés en favorisent l'extension. La peau reste généralement souple, peu congestionnée, mais peut présenter des lésions irritées, chaudes, douloureuses : c'est le stade de la complication staphylodémodécique.

La maladie est peu contagieuse. Elle n'apparaît dans une même portée que sur les sujets rachitiques ou amoindris. Longtemps considéré comme l'agent pathogène principal, on sait aujourd'hui que le démodex ne devient dangereux que sous l'influence d'une déficience de l'organisme.

Indépendamment du traitement local (qui consistera en applications de teinture d'iode, de glycérine iodée, ou de préparations à base d'huile Chaulmoogra), on traitera l'état général en luttant contre le rachitisme, les avitaminoses « A » et « D », et les déficiences en calcium.

S'abstenir systématiquement de bains.

La gale

La gale la plus commune est la gale sarcoptique. Elle est due à la pullulation, dans l'épaisseur du derme, d'un parasite (ou acare) peu transmissible à l'homme, mais qui se propage avec rapidité chez les chiens.

La gale débute généralement par la tête, la base des oreilles, pour se généraliser très vite aux coudes ct aux jarrets. Les surfaces atteintes présentent des lésions toujours rougeâtres, au niveau desquelles le poil s'éclaircit; puis des squames apparaissent, tandis que le chien dégage une odeur désagréable, symptomatique.

Les démangeaisons sont surtout intenses la nuit, et à la chaleur. Elles peuvent être littéralement démentielles.

Le traitement consiste en applications locales de médications à base de benzoate de benzyle, de polysulfure, d'H. C. H., etc., mais la guérison totale ne s'obtient que par la désinfection systématique de tout le matériel de couchage, des laisses, des colliers, etc., ainsi que par les bains.

L'eczéma

A l'exclusion de la teigne, dont le diagnostic ne peut être précisé que par l'examen microscopique, le chien présente une autre affection cutanée particulièrement répandue chez les animaux victimes d'un régime mal équilibré ou de troubles de l'élimination.

L'eczéma, pour ne lui consacrer que ce nom général, débute par un prurit violent, localisé ou généralisé, avec ou sans inflammation du derme. Le grattage et les mordillements font apparaître des plaies secondaires, et la lésion s'infecte par la suite.

Localisée le plus souvent à la région dorso-lombaire, l'affection peut atteindre le cou, la tête, les oreilles et les organes génitaux. Au stade chronique, les téguments s'épaississent, se recouvrent de squames ou de croûtes, et les eczémas de cet ordre sont souvent rebelles à tout traitement.

Indépendamment du traitement local, qui devra viser à diminuer l'irritation, à combattre l'infection et à calmer le prurit, un traitement général s'impose toujours, dont l'indication principale est le bon fonctionnement des organes d'élimination (foie, reins, intestins).