Lappeenranta
Accueil
Qu'est-ce-que la DAF?
Santé
Histoire du Dogue Argentin
Accueillir un chien
La relation maître et chien
Le choix de la race
Le temps à lui consacrer
L'éducation
La garde
L'aboiement sur commande
La garde d'objets
La défense du maître
Trouver le bon compromis
Le bien-être
Garde et défense
Les affections cutanées

Histoire du Dogue Allemand

1/ Histoire

Avec environ 8 millions de chiens la France se classe comme le premier pays en termes de population canine, on peut donc parler d'une véritable tradition cynophile.

L'histoire du dogue argentin en France commence en 1979 avec l'importation de Clavel de chronos de la porta (prop. M. Le Houarner) qui fut le premier dogue argentin à fouler le sol français.

En 1980 M. Maurice Amar (des sources des roch anikra) importe 5 dogues argentins d'Italie. Ils sont les premiers dogues argentins inscrits au livre des origines français (LOF) :

Ermes di casa di citterio : LOF 00001

Eliot di casa di citterio : LOF 00002

Suerte : LOF 00003

Nieve : LOF 00004

Peon : LOF 00005

De 1981 à 1984 M.Amar réalise 7 portées avec ses chiens commençant ainsi l'histoire de l'élevage du dogue argentin français.

Le nombre de naissance reste ensuite très faible jusqu'en 1995 où il subit alors une importante croissance, de 1995 à 2004, en moins de 10 ans, le nombre de naissances passe de 86 à 1540 dogues argentins.

A partir de 1995 le dogue argentin prend part à l'engouement pour les chiens de type molossoïdes, on peut même parler d'un véritable phénomène de mode.

En 1999 une loi sur les chiens dit « dangereux » vient freiner l'expansion des molosses, le dogue argentin n'étant pas inclus dans cette loi le nombre de naissance continue d'augmenter, les acquéreurs potentiels se tournant vers les rares races épargnées par les restrictions de cette législation.

En 2003, avec 1686 naissances le dogue argentin se classe en 25èmeposition des races les plus vendues en France et se classe comme le 1er pays producteur de dogue argentin. Le dogue argentin est partout, dans les villes, les campagnes, on le trouve dans toutes les classes sociales, il est devenu un chien populaire et répandu, peut être et sûrement à ses dépends.

2/ L'influence de la lignée « Del Tumi » sur le cheptel français

L'histoire du dogue argentin commence véritablement à partir des années 1994-1995, c'est à se moment là que vont se construire les bases du cheptel et de l'élevage français.

Par cette étude je veux montrer quelles furent l'influence et l'importance que prit le courant de sang « Del Tumi » (M. Luis Milla - Argentina).

A cette époque le cheptel français fut marqué par plusieurs étalons qui, par le nombre de leur descendance en France, prirent une importance toute particulière dans le cheptel, ainsi que par l'importation de 7 femelles en provenance de l'élevage Del Tumi.

Le premier et plus important est Huaino del tumi, remarqué à l'exposition de Longchamp où il est sacré meilleur de groupe, il devient les deux années suivantes (1995 et 1996) champion du monde (Bruxelles et Budapest). Entre 1994 et 2002 Huaino engendre en France environ 700 descendants.

Vient ensuite Gaucho de indios, étalon italien descendant lui aussi de la lignée « Del tumi » qui engendre entre 1997 et 2002 environ 500 descendants.

On peut parler aussi de Buansu del chamical, fils de belen et chunko del tumi, qui entre 1994 et 2002 engendre environ 250 descendants.

Enfin, parmis les étalons qui marquèrent le plus le cheptel français on peut compter Acora gladiator del pampa, fils de Tacora del tumi qui de 1996 à 2002 compte environ 200 descendants.

Ce qui donne donc sur cette période environ 1650 dogues argentins descendants de la lignée del tumi en France, sans compter d'autres étalons non cités, moins influents, mais qui ont eux aussi des origines del tumi.

On peut donc constater qu'une majeure partie du cheptel français est basée sur ce courant de sang.